AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

NISHIMURA Koichi ☤ Paranoia ...
 :: Dead zone :: Jugement dernier :: Le cirque

Nishimura Koichi

PC : 0

avatar
Arlequin
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-circus.forumactif.com/t38-nishimura-koichi-my-
Dim 11 Fév - 17:22


IDENTITÉ



Nom & Prénom
Nishimura Koichi

Date de naissance
26 ans ;
09/12/1903 – 11/02/1929

Nationalité
Japonaise

Sexualité
Inconnu

Pseudonyme
Arlequin

Rôle/Faction
Clown au cirque

Un péché
Colère

Une Phobie
Nosocomephobie : Peur des hôpitaux, cliniques et centres de soin en général.

Une erreur
Avoir cédé à la folie et perdu le contrôle de soi. Sa véritable faute est son démon intérieur qu’il ne peut vaincre dût à son manque de confiance et de raison.






Apparences & cauchemar du personnage


• Taille : 1m62
• Poids : 47kg
• Yeux : Bleus (lentilles)
• Cheveux : Blonds foncés
• Signes distinctifs : Il est bien souvent coiffé et maquillé de manière peu commune. Ses cheveux taillés en deux pointes au-dessus de la tête et sa larme dessinée sous l’œil sous différentes formes font beaucoup penser au mélange des personnages Pierrot et Arlequin. Il adore ce compte et les clowns et s’en inspire beaucoup. Il porte toujours des vêtements noirs et rouges.

• Cauchemar : Dans cette immense salle de bain mal éclairée et humide, Koichi regardait l’eau stagnante et poisseuse de sa baignoire dans laquelle il était immergé. Le décor faisait froid dans le dos, les carreaux de l’immense salle de bain commune tombaient en ruine, les néons clignotaient dût à une mauvaise alimentation électrique et sans parler des dizaines de baignoires vides et poisseuses autour de lui. Il refait sans cesse le même cauchemar, toujours au même endroit, dans la même baignoire et vêtus d’un pantalon fin et d’une chemise blanche trempée. Un grésillement à lieu le faisant sortir de ses pensées, il regarde autour de lui pour voir le néon à sa gauche s’éteindre immédiatement. Le stresse monte et sa respiration crée de petits nuages de fumée dût au froid glacial qui s’installe. Au coin de la pièce une silhouette se tient droite et l’observe. Ce n’est que lorsqu’un néon clignote qu’il réussit à voir son visage … C’est lui en plus effrayant, son démon intérieur, la chose qui l’habite. Il est là pour le tuer comme à chaque fois. Avec son sourire carnassier et ses immenses yeux de serpent la créature reste là sans bouger, à le regarder. Combien de fois Koichi à fermer les yeux ou détourner le regard dans l’espoir qu’il disparaisse ? Cela n’à jamais marcher, il était toujours là et s’avance même dans sa direction. La panique prend le dessus mais c’est comme si l’eau le maintenait prisonnier, il ne pouvait plus bouger. La chose parvient jusqu’à lui et attrape sa gorge de ses deux mains pour l’étrangler. Koichi avait beau se débattre de toutes ses forces, rien n’y fit … Le monstre lui plongea la tête sous l’eau le laissant un loin moment privé d’oxygène. La surface de l’eau s’agite, Koichi fait de grands mouvements pour tenter d’échapper à son emprise mais ses tentatives échouèrent … L’air venait à lui manquer et lorsqu’il tenta de respirer ses poumons s’emplirent peu à peu de l’eau de la baignoire. C’était ses derniers instants et il les vivait dans chacun de ses cauchemars …

Caractère du personnage



• Accueillant : Malgré les étapes difficiles de la vie qu'il a mené, Koichi reste une personne au grand cœur qui ne rejetteras jamais qui que ce soit pour ses particularités ou ses différences. Une si grande qualité qui peut parfois devenir un défaut, cela le rend crédule au point de croire une personne qui se montre juste un peu gentille à son égard. Il tend toujours la main aux autres et essayera de se sociabiliser au mieux malgré son trouble neurologique qui le freine. Il aime être entouré, la solitude lui faisant peur il tentera toujours de se faire de nouveaux contacts, quand son état lui permet en tout cas. Inoffensif également il ne cherchera jamais à se faire des ennemis et même si des personnes lui ont causés du tort et qu'il les craindra, il leur donnera toujours une seconde chance, c'est ce qui fait partie de sa personnalité.

• Bavard : Au grand damne de ses proches effectivement … Koichi est quelqu'un qui aime converser, interagir et parfois quand il se lance dans des explications on peut l'y perdre facilement. Dût à ses problèmes neurologiques, il a tendance à s'embrouiller dans ce qu'il dit ou incapable de rester concentré sur un même sujet. Si la discussion parle d'une chose, avec Koichi elle peut très vite partir sur autre chose ou perdre tout son sens. Et même si ses phrases n'ont ni queues ni têtes pour lui ce qu'il dira sera tout à fait logique. Si la personne venait à commencer à s'enfoncer dans les débats ou grandes philosophie avec lui, pas dis qu'elle s'en sorte au bout de deux heures voir même plus … Koichi essaye de refreiner ce trait de caractère parfois mais lorsqu'il craque il ne fait pas semblant. Rester sans parler pour lui est impossible, c'est pour ça que quand il n'a personne avec lui il se parle tout seul ou parfois même à un objet auquel il tient.

• Dérangé : Ce n'est pas un secret et quand bien même Koichi chercherait à cacher ses soucis de santés, il ne pourrait pas. Étant schizophrène révélé depuis son plus jeune âge, lorsque sa deuxième personnalité prend le dessus il devient tout de suite plus effrayant. Difficile de l'approcher et c'est pour cette raison qu'il n'a aucun remord à faire du mal ou même à tuer pendant ses phases de troubles. Paranoïaque et parfois même à la limite du psychopathe, Koichi ne se contrôle pas, dès qu'il perd les pédales impossible pour lui de se contenir, il en vient même parfois à oublier ces moments lorsqu'il reprend sa personnalité originelle. Il peut être dangereux lorsqu'il perd son emprise sur lui-même. Ce qui déclenche ces phases sont les émotions trop fortes telle que la peur, s'il se sent trop menacé ou encore un trop grand chagrin.

• Hyperactif : On ne le tiens plus en place et cela ne vient pas de doses de caféines trop élevées qu'il s'interdit de prendre au risque de devenir incontrôlable. Il a une très bonne endurance et une grande rapidité. Il se défoule de cette manière car il ne reste jamais immobile plus de cinq minutes. Il a ce besoin de bouger surtout quand il a de l'espace n'étant pas fait pour rester enfermé quelque part. Au fil de sa vie il a développé une phobie à l'enfermement qui ne lui permet pas de rester dans un endroit clos et sombre et en particulier une salle d’isolement ou une pièce d’hôpital. En somme Koichi est très vivace et plein d'énergie, la seule chose qui peut le calmer est la musique de sa boîte qui laisse planer une mélodie douce et enfantine lui rappelant de bons souvenirs.

• Amusant : Lorsqu'il est dans son état normal, Koichi est un personnage amusant. A l'image du clown il a tendance à faire rire les autres ce qui peut être une force dans les moments les plus sombres ou les durs étapes à passer. Il est un peu idiot sur les bords ce qui le rend bien plus amusant quand on fait attention à ses manières. Par contre mieux vaut ne pas essayer de le comprendre ce serait un véritable casse-tête. Koichi est une personne, qui malgré la difficulté qu'il a eus pour retrouver une vie saine et y reprendre goût, a toujours aimer rire et sourire. Joyeux de nature quand tout va bien, il a un rire communicatif et une bonne humeur contagieuse.

• Expressif : Il ne cache jamais ses émotions, il n'arrive pas à dissimuler quoi que ce soit que ça aille de la joie à la colère en passant par la tristesse, avec lui c'est toujours à l'extrême. On arrive à percevoir tout de suite son état d'esprit quand il est encore sous contrôle. Car lorsqu'il perd la tête impossible de savoir ce qu'il pense ou ce qu'il souhaite entreprendre. Sa tristesse et sa joie se mélange souvent, ce sont deux émotions qui ressortent le plus chez Koichi reflétant le clown triste ou le contre-pitre qui font partie de ses traits de caractère. De ce fait, les gens n'ont aucun mal à discerner ce qu'il ressent, empathique dans son meilleur jour ce qui est rare pour une personne atteinte de troubles mentaux. Si son "lui diabolique" n'a aucune empathie et dégage une aura de psychopathe, son "vrai lui" reste très sensible aux émotions des autres.

• Lunatique : Cela lui viens sans nul doute de sa schizophrénie. Bien entendu il peut passer du Koichi attachant au dangereux psychopathe si le choc émotionnel est trop fort. Mais en dehors de ça il passe très facilement du rire aux larmes et inversement. Il change sans cesse de ressentis selon les situations et n'aura aucun mal de passer d'une humeur à une autre. Cette faculté lui viens de sa maladie qui le rend bien plus lunatique que la normal, lui faisant changer de visage rapidement et en un claquement de doigt. De ce fait il est imprévisible à tel point que les gens préfèrent souvent rester loin de lui.  

• Inquiétant : On ne peut pas en dire moins de sa personnalité démoniaque, ce trait de caractère ne se rattache qu'à elle, ne concernant pas le vrai Koichi. Toujours un sourire inquiétant collé sur les lèvres ainsi qu'un regard à faire froid dans le dos. On ne peut qu'être effrayé de lui d'autant plus qu'il s'est révélé être très dangereux durant cette phase. Le plus troublant reste ses paroles et ses actes, d'autant plus lorsqu'il se blesse ou lorsqu'une personne fait preuve de violence envers lui. Au lieu de montrer sa douleur, il est épris d'un rire incontrôlable, même dans un état de santé physique qui laisse à désirer, là où la plupart auraient peur, il continuera de trouver cela amusant traduisant tout de même la souffrance physique ressentit. Il ne vaut donc mieux pas déclencher sa personnalité, surtout s'il a une arme collée entre les mains …
Histoire du personnage


Koichi vit le jour un 9 décembre à Osaka. En ce mois de fête de fins d'année, l'hiver était plutôt doux et le froid clément envers les habitants Japonais. On peut dire que Koichi a eus une enfance sans soucis si ce n'est quelques problèmes familiaux du côté de son père. Mais sinon l'enfant vivait dans les meilleurs conditions possible, en tant que fils unique il était un peu l'enfant roi à la maison ce qui rendit son épanouissement bien plus grand. Cependant le jeune garçon présentait des pathologies inquiétantes, après plusieurs tests peu clairs qui ne donnèrent pas de réponses sûres à ses parents, les médecins ne furent pas en mesure de dire si le patient avait des chances de sombrer dans une maladie mortelle ou plutôt grave. Mais tout a commencé dans sa jeunesse par quelques légers signes à peine visibles. Un calvaire qui aurait pu s'arrêter là, mais ce ne fut pas le cas ... Son oncle, que Koichi adorait, venait souvent rendre visite à la petite famille. Cependant un matin alors qu'il était de passage, le jeune garçon ne se doutait pas que ça allait être la dernière fois qu'il le voyait … Arrêté quelques jours plus tard pour plusieurs agressions dans la ville, il termina sa vie en prison où il décéda de maladies infectieuses. Koichi ne connût son sort que bien des années plus tard ce qui lui donna un choc émotionnel tellement fort qu'il resta enfermé dans sa chambre sans plus en sortir pendant des mois. C'est sa mère qui parvint à le convaincre d'en sortir, amenant tous les jours dans sa chambre de quoi manger, elle tentait de le réconforter et de lui parler pour qu'il cesse de se morfondre dans sa chambre. La vie continuait malgré tout et il fallait qu'il regarde devant et non pas le passé. Pour le réconforter, sa génitrice lui offrit une petite boîte à musique qu'il garde toujours auprès de lui et écoute sa mélodie lorsqu'il va mal. A l’intérieur un petit Arlequin tournant sur lui-même et laissant échapper une musique qui apaisa tout de suite le plus jeune. Sa mère lui avait appris ce jour-là qu'il s'agissait de "la lettre à Élise". Depuis tout petit Koichi adore tout ce qui touche aux clowns ou à l’univers de Pierrot et Arlequin. Cette boîte à musique venait complétait sa collection de jouet à l’effigie de ses héros.

Mais lors de ses visites journalières dans la chambre du petit, sa mère avait été témoin de phénomènes troublants. Un plateau repas dans les mains elle s'apprêtait à entrer dans la pièce avant que la voix de son fils ne l'arrête dans son action. Koichi parlait seul, des propos étranges, comme des appels au secours. Une autre voix lui répondait plus froidement, quelque chose d'effrayant, comme s'il s'agissait d'une autre personne. Mais en écoutant la conversation elle comprit rapidement qu'il se répondait lui-même de manière différente avec une voix contraire à celle qu'il a d'habitude. Elle voyait que son état se dégradait de jour en jour et se pressa dans ses démarches de le faire sortir de sa chambre. Elle n'en parla au début à personne et n'essaya pas de communiquer avec son fils se disant que peut être tous les enfants passaient par là … Cette faute a coûté énormément à l'enfant qui aurait pu limiter la casse plus tard si sa mère ne l'avait pas laissé dans sa détresse … Comment lui en vouloir ? Même si Koichi l'avait su il ne voulait pas que sa mère ait des problèmes à cause de lui, une femme si aimante envers son fils, ce dernier s'en serait voulu toute sa vie. Son entrée au collège fut une catastrophe … Dès le jour de la rentrée lui et ses parents furent convoqués par le directeur de l'école qui leur parla du drame commit par le plus jeune. Il aurait agressé un camarade avec un ciseau manquant de peu de lui crever un œil. L'enfant s'en est sortie indemne mais qui sait ce qui aurait pu advenir par la suite ? Koichi s'en voulait terriblement, il croyait ce qu'on lui disait même s'il ne se rappelait plus exactement des circonstances dans lesquels cela s'est déroulé …

Renvoyé de son école après le drame, sa mère se décida enfin à parler à son mari de ce qu'elle a constaté quelques années auparavant. Elle tenta de parler avec son fils qui répondait sincèrement qu'il ne savait pas ce qui lui arrivait. En cette période beaucoup croyait aux démons et à l’exorcisme, c’est la première chose que fit sa mère pour aider son enfant. Cependant tous les prêtres lui répondirent que cela n’avait rien à voir avec la religion ou le démon et que le petit souffrait juste de troubles mentaux. Koichi passa alors par toutes les agences de médecins psychologiques de la ville et plusieurs mois chez le psychologue. La sentence fut sans appel, le garçon était atteint de schizophrénie d'un niveau élevé le rendant dangereux pour lui et pour les autres. Le jeune garçon n’oubliera jamais le chagrin de sa mère ce jour-là. Cela lui fendit le cœur à tel point que ses troubles devinrent de plus en plus incontrôlables au fil des jours. Le temps de trouver une solution, c'est sa mère qui veillait sur lui. Koichi ne comprenait pas pourquoi il entendait des voix parfois, pourquoi la vision du sang l'amusait dans ses heures les plus sombres. Voir sa mère se maudire pour lui avoir donné une telle maladie à la naissance lui arrachait le cœur. Cependant les parents s'en veulent toujours de ce qui arrive à leur enfant pensant que tout est arrivé par leur faute. Même si ce n'est pas le cas, sa mère se disait qu'elle avait manqué quelque chose durant sa grossesse, qu'elle aurait dût faire plus attention. Ne pas fumer cette cigarette qu'elle c'était permise à quelques mois de grossesse … Un détail, une broutille qui n'avait rien à voir avec l'état actuel de son fils. C'est dans une atmosphère pesante que les jours passèrent, puis les semaines avant que la nouvelle ne tombe comme une pierre, blessante et lourde telle la sentence qui attendait le jeune. Une épine dans le cœur qui acheva sa mère, s'il ne voulait pas risquer de passer toute son enfance derrière les barreaux, il allait devoir faire un passage obligé en centre psychiatrique. Les médecins sont venus le chercher dès le lendemain arrachant le petit Koichi à ses parents, impuissants devant cette scène déchirante …

C'est à l'âge de treize ans qu'il entra dans ce bâtiment qui allait devenir très vite son pire cauchemar … Un bâtiment très ancien à en voir la façade qui se dégrade et les mauvaises herbes de l'espace vert poussant ici et là. Son premier contact à l'asile fut une petite fille du nom de Rina, une demoiselle normale aux premiers abords qui présentait des signes maniaco-dépressifs graves selon les médecins. Une chose qui ne voulait rien dire pour Koichi à ce moment-là. Il pensait avoir tout perdu et il ne savait pas à quoi allait ressembler les prochaines années de sa vie … La petite partagea son histoire et ses ressentis sur les lieux avec son nouveau camarade de chambre. Un enfer sur terre, même les yokai avaient l'air beaucoup plus accueillants que les médecins parait-il … Une nouvelle qui ne rassura pas forcément Koichi qui craignait déjà passer les pires années de sa vie entre ces quatre murs. Une image d'horreur qui s'effaça au fil des jours quand les trois premiers mois se passèrent sans encombres. Le garçon était suivit par des psychologues, pouvait aller jouer dehors s'il prenait ses médicaments journaliers. En somme rien de bien inquiétant. Il recevait la visite de ses parents toutes les semaines et ces derniers lui rapportèrent cette boîte à musique qui devint rapidement son porte-bonheur. Mais c'est au bout de ces trois mois que les choses tournèrent réellement au cauchemar. Sa mère ne venait plus le voir, seul son père passait et il avait l'air beaucoup plus triste qu'à l'accoutumé. Comme s'il n'allait plus jamais revoir son fils après ça … La semaine qui suivit le jeune garçon fut amené en salle opératoire pour la première fois. Les médecins n'avaient pas arrêtés de lui répéter que c'était pour son bien et que tout allait se passer à merveille. Pour un garçon de treize ans il est normal qu'il se rattache à la parole des adultes et de personnes qui lui veulent du bien en règle générale …

Son cœur s'était mis à battre lorsqu'il avait vu toutes ces machines et ces ondes électriques autour de lui. Allongé sur la table d'opération, les infirmières lui sanglaient les poignets et les chevilles de manière à l'immobiliser au mieux. Malgré les paroles du médecin Koichi n'avait envie de qu'une chose, sortir d'ici. Si ses parents n'avait pas osés passer plus de temps en sa présence c'est parce qu'ils avaient appris que la sismothérapie serait une étape obligé pour le garçon tant que son état mental ne s'arrangerait pas. Les premiers électrochocs déclenchés furent une véritable torture pour l'enfant qui hurla en se débattant. Ce fut une série de quatre ou cinq électrochocs de plus en plus élevés qui lui furent administré. Les jours suivants ne furent pas mieux, Koichi vivait un véritable calvaire et faisait parfois preuve de violence pour réchapper à sa sentence lorsque les infirmières venaient le chercher dans sa chambre pour l'amener en bloc opératoire. Toutes les semaines il avait cette séance de sismothérapie, la fréquence augmenta de semaine en semaine et les séries également arrivant jusqu'à une quinzaine d’électrochocs par séance. L'état de Koichi se dégradait son autre personnalité réapparaissait de plus en plus souvent et de plus en plus agressive ... Il ne compta pas le nombre de temps qu'il passa en cellule d'isolement, dans le noir avec pour seul compagnie cette personnalité qui semblait vouloir le tuer …

Les années passèrent dans cet enfer auquel il s'était habitué. Sa santé mentale se dégradait et sa joie se ternissait au fil du temps. Il passa cinq ans dans cet asile, cinq ans de crises et de paranoïa cloîtré dans une pièce sombre ne voyant la lumière du jour que peu fréquemment. Les seules fois où il sortait, il s'isolait près d'un rocher où il laissait aller ses larmes comme pour extériorisé. C'était au mois de janvier, l'un des plus froids de l'année qu'il avait retrouvé un petit cristal à l'emplacement du lieu où il pleurait tous les jours. Ses larmes s'étant cristallisés avec le froid se mêlait à la roche qui créa un petit cristal qu'il décida de garder. Il représenterait sa haine et son chagrin qu'il tentait d'extraire de lui, en somme son mauvais côté qui pourtant ne le quitte jamais ... Avec les mois, il avait de nombreuses fois retourné sa chambre ou la salle commune par excès de colère ou de folie. Sa personnalité était plus présente que jamais le hantant toutes les nuits et causant de nombreux dégâts pour les autres patients tout comme l'équipe infirmière. C'est l'une des assistantes sociales qui lui ramena sa boîte à musique ce pour tenter de l’apaiser comme sa mère à l'époque. Elle l'ouvrit et la remonta pour faire jouer la mélodie qui calma tout de suite Koichi. Ce dernier arrêta son carnage et sa colère laissa place au chagrin et à l'image de ses belles années d'enfance sans soucis et de sa mère le jour où elle lui avait offert. Elle ne savait pas ce qu'elle était devenue, il ne l'avait plus revu depuis bien deux ans. Au début ses visites s'étaient minimisées pour devenir inexistante. Son père fit la même chose un peu plus tard laissant leur fils à son sort. La seule fois où il les revit ce fut à ses dix-huit ans quand lui et ses géniteurs furent convoqués par la dirigeante de l'établissement qui expliqua que sa situation s'était empirée avec le temps. La décision fut sans appel, il allait devoir être interné plus longtemps à l’asile le plus compétant de Londres … Cela voulait dire qu’il allait devoir quitter son pays natal pour partir en Angleterre ou les soins seraient encore plus dangereux …

Sa mère le ramena chez eux où elle prépara ses affaires à contre cœur. Koichi se souvient de son chagrin de quitter le Japon pour un pays inconnu et pour une autre thérapie beaucoup plus radicale … Il apprit que ses parents avait divorcés il y a quelques mois et que sa mère partait elle aussi à Londres pour veiller sur lui. Le trajet jusqu’à ce nouveau pays fut silencieux et l’arrivée dans un nouveau lieu encore plus glauque laissait à désirer … La main de sa mère posée sur son épaule, elle l’accompagna jusqu’au bureau d’une des sœurs qui s’occupait des patients en état de santé graves … Koichi suivit l’entrevu avec plus ou moins de concentration et la phrase de sa mère lui resteras à jamais en mémoire … « Il est schizophrène et à des tendances suicidaires depuis presque un an … » Même si son existence n’était pas des plus joyeuse, jamais le jeune homme n’avait pensé au suicide ! Pourtant lorsque sa mère montra le poignet de son enfant à l’infirmière, les yeux du plus jeune s’agrandirent en voyant les points de sutures conséquentes sur tout son avant-bras et l’intérieur de son poignet … Quand avait-il essayé de se tailler les veines ? La bonne sœur acquiesça néanmoins en expliquant que tout serait sous contrôle … Si seulement c’était vrai …

Les années passèrent et les soins des plus barbares s’étendaient sur toute la journée … Les électrochocs étaient un jeu d’enfant à côté des tortures soi-disant médical qu’il subissait … C’est à vingt-deux ans qu’il commis son premier meurtre, assassinant froidement l’une des sœurs qui était venus lui faire sa piqure … Un coup de son démon intérieur sans nul doute, mais quand il revint à lui il était déjà trop tard … Le corps froid de la sœur gisant sur le sol, poignarder à plusieurs reprise par le scalpel qu’il avait sur elle ainsi que la seringue planter dans son œil gauche … Après cela Koichi passa cinq ans en cellule d’isolement où il n’en ressortait que pour ses traitements qui nécessitaient du matériel ou pour prendre son bain … D’ailleurs, cela se passa un jour comme les autres, un mois après son anniversaire, le jeune Koichi fut conduit dans la salle de bain ou les bonnes sœurs le déshabillait pour lui faire prendre son bain. Cependant le garçon n’était pas comme d’habitude … Il avait normalement toujours un sourire pour les infirmières et leur parlait beaucoup de sa famille et ses passions. Mais cette fois il était silencieux, le regard dans le vide et le visage inexpressif, comme plonger dans un autres monde … Il ne répondait pas aux questions des femmes qui le déshabillait ce qui leur sembla étrange … Elles le firent tout de même s’installer dans sa baignoire pour lui faire sa toilette. Un des patients semblaient avoir fait une crise et cette urgence réclamait toutes les infirmières dans l’aile est, une urgence qui coûta la vie de Koichi …

Si pour lui son démon était présent et tentait de mettre fin à ses jours, ce qui se passa en réalité était tout autre. Il se laissa glisser dans la baignoire jusqu’à s’immerger entièrement sous l’eau. Il ferma les yeux et attendit que l’air vienne à lui manquer. Il paniqua un peu lorsque ses derniers battements de cœur résonnèrent puis le mouvement cessa net et ses yeux ne se rouvrirent plus jamais … En tout cas dans le monde des vivants … Comme beaucoup d’âme errante, Koichi longea les longs tunnels du métro sachant parfaitement qu’il venait de mourir, il s’était vu dans son cauchemar. Après des heures de marche, le blond se retrouva devant un cirque où une personne du nom de Hide l’accueillis à bras ouvert. Suivant ses passions, il décida de devenir clown au cirque et tous les soirs avant de s’endormir, il fait jouer "la lettre à Elise" de sa petite boîte à musique qu’il garde encore sur lui, même après sa mort …

Takahashi Hiroto

PC : 6

avatar
Black Alice
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-circus.forumactif.com/t24-takahashi-hiroto-run
Dim 11 Fév - 17:25
Tiens un psychopathe ... Je n'en attendait pas moins des personnes du cirque de toute façon, il faut être malade pour aller là-bas ...

Cela dis bonne chance à toi et bienvenue si je puis dire ...

Mori Ryosuke

PC : 2

avatar
Voodoo Doll
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-circus.forumactif.com/t30-mori-ryosuke-friends
Dim 11 Fév - 17:28
Un nouveau dans la troupe, c'est bien, mais ... Tu ne m'en veux pas si je garde mes distance ? En tout cas bienvenue parmi nous, je suis sûr que tu y a une place toute désignée !

Kaneko Isami

PC : 0

avatar
Queen of Heart
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-circus.forumactif.com/t21-kaneko-isami-rp-et-r
Dim 11 Fév - 17:30
C'est pathétique, de pire en pire ... Vous engagez vraiment que des clowns en effet. Cela dis si sa double personnalité pouvait se charger de décimer le cirque entier en me laissant Hide, ça m'arrangerait ... Moins de boulot pour mon Wonderland ...

Nomura Kazuo

PC : 4

avatar
Master
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-circus.forumactif.com/t34-nomura-kazuo-obey-me
Dim 11 Fév - 22:40
Ok alors toi tu reste bien là où tu es dans ta bulle ridicule et cet asile que vous osez appeler cirque... Que c'est ironique. Approche la zone nord de last heaven et tu seras accueilli avec une balle dans la tête et un retour exprès chez toi. Te voilà avertis. Si les autres te prenne pour une ridicule petite chose qui se veut drôle moi je préfère rester prudent, je ne veux pas que tu me tue dans mon sommeil sait on jamais...

Bienvenu en enfer ou plutôt au paradis des tueurs dans ton genre.

Okada Hide

PC : 0

avatar
Joker
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-circus.forumactif.com/t27-okada-hide-les-demon
Dim 11 Fév - 22:53
Mon cher Koichi qu'est-ce que le monde a fait de toi. Dans mes bras je te promets que tu ne t'y sentiras pas enfermé et je te protégerai coûte que coûte et quoi qu'il advienne par la suite. Laissons les mauvaises langues parler qu'y connaissent-elles de toute façon ? D'ailleurs à toutes les personnes précédente à part mon petit Ryosuke je vous donne mon majeur bien tendu et à notre prochaine rencontre vous subirez ma colère si bien sûr vous n'avez pas la lâcheté de vous en prendre à mes artistes plutôt qu'à moi directement, à ce moment là vous serez mort avant même d'avoir dit ou fait quoi que ce soit.

Tu es très touchant mon cher clown triste et j'apprendrais à mieux te cerner toi et tes douleur et je te promet que je ferais tout pour que toujours tu garde le contrôle.

Spectrum

PC : 73

avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur http://wonderland-circus.forumactif.com/t5-modele-de-feuille-de-
Dim 11 Fév - 23:17


         Fiche de relations - Fiche de survie - Bottins - Armes & Objets

Est-ce une fiche terminée que je vois là ? En effet ! Je suis toujours au rendez-vous et je dois avouer que ton histoire est vraiment très touchante ! Je suis presque attristé de voir ce que ce monde t'as fait subir et surtout que tu n'est pas au bout de tes peines dans celui où tu viens d'atterrir Sad. Mais ne t'en fais pas je suis sûr que tu vas devenir un warrior et dompter ton dragon intérieur, bientôt on t’appelleras Daenerys tu verras Wink.

Bravo à toi tu es validé ! Bienvenue dans ce monde onirique appeler Hell. Tu es mort et tu vas devoir réparer ton erreur si tu veux un jour espérer partir de cet enfer. Tu as à ta disposition toutes les informations disponibles dans la partie « in the dark », on suggère que vu que tu es un bon membre tu as déjà lu la partie dédié au règlement et au contexte mais au cas où va y avant qu'on te grille ! Il ne te reste plus qu'à aller te recenser aux bottins, tirer ton dès pour connaître les objets qui seront en ta possession, poster tes fiches de liens et survie et enfin commencer à RP ! N'oublie pas de tenir ton profil à jour sinon on mords ! Et une dernière chose surtout amuse-toi bien sur le forum parmi nous !

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: